revue de presse

Un jeudi, un écrivain. Le capital sous toutes ses formes

31    octobre 2012 – Le Télégramme

Après la littérature et le travail, les rencontres à la Maison Louis-Guilloux, proposées par la ligue de l’enseignement, vont se pencher sur le capital. Neuf écrivains seront invités, un jeudi par mois, à débattre sur le sujet.

null

«Le fait de s’interroger caractérise l’action de la Ligue de l’enseignement.» C’est en ces termes que Maryse Paraire, vice-présidente, a lancé la deuxième saison des rencontres à la Maison Louis-Guilloux, «Un jeudi, un écrivain», qui avait lieu jeudi, dans la maison du célèbre écrivain briochin. Après le thème de la littérature et du travail, la ligue souhaite continuer dans la démarche de confronter un écrivain et le public autour d’un grand axe d’étude. «Pour Jean Lacroix, un homme cultivé est un homme qui se situe», continue-t-elle. Alors pour «se situer», la ligue propose, cette année, une série de rencontres avec des écrivains qui ont publié des ouvrages dont le thème principal est celui du capital.

Trois axes d’étude et neuf écrivains

Pour décliner ce thème, le capital a été décliné en trois axes: le capital financier, le capital naturel et, enfin, le capital humain. Pour le capital financier, ce sont les écrivains Mathieu Larnaudie (le 22novembre), Michel Husson (le 13décembre) et Nathalie Fillion (le 24janvier), qui interviendront avec leurs oeuvres respectives «Les effondrés», «Le capitalisme en dix leçons» et «À l’ouest». Quatre écrivains seront ensuite conviés à échanger autour du capital naturel: Iegor Gran («L’écologie en bas de chez moi», le 21février), Philippe Vasset («Journal intime d’une prédatrice», le 14mars), Jean-Marc Sérékian («Le coeur d’une ville… Hélas!», le 4avril) et Aurélien Bernier («Comment la mondialisation a tué l’écologie», le 18avril), en partenariat, notamment, avec la Semaine du développement durable. Puis, Vincent Petitet («Les nettoyeurs», le 23mai) et Nathalie Kuperman («Nous étions des êtres vivants», le 20juin) s’interrogeront sur la place de l’humain dans le système productif.

Les libraires associés

La soirée d’ouverture a permis à Laëticia Pilard et Soizic Landrein de présenter les auteurs et les ouvrages qui seront étudiés. Pour ne pas exclure la dimension humoristique, le «dédramatiseur» Gaspard Hazard, le célèbre crieur de rue, a été invité à livrer son ressenti autour des livres, avec une pointe d’humour qui a fait sourire ou qui a ému, parfois. Les libraires sont aussi associés à cet engagement. Ainsi, «Le Pain des rêves» suivra les rencontres tous les mois pour proposer des livres en rapport avec les interventions. Et pour Laëticia Pilard de conclure: «Nous souhaitons une culture partagée, toutes vos questions nous interrogent.» Pratique Maison Louis-Guilloux, 13, rue Lavoisier, ouvert de 18h30 à 20h. Entrée libre. 

Ouest-France / Bretagne / Saint-Brieuc

Le capital, aux rencontres littéraires – Saint-Brieuc

mercredi 31 octobre 2012


Maryse Paraire, Laëtitia Pilard, Gaspard Hazard et Soizic Landrein ont levé le voile sur la saison 2012-2013 des rencontres « Un jeudi, un écrivain ».

À la maison Louis-Guilloux, « Un jeudi, un écrivain » va aborder le thème « La littérature, c’est capital ».

Après une saison de rencontres « Un jeudi, un écrivain chez Louis Guilloux », la Ligue de l’enseignement des Côtes-d’Armor, en lien avec la ville de Saint-Brieuc a souhaité reconduire cet espace d’échanges entre les auteurs et le public. Après le thème « Littérature et travail » retenu l’an dernier, l’événement déclinera cette année la thématique « La littérature, c’est capital ».

« De la réflexion avec des écrivains de différents horizons, la question du capital, une des problématiques centrales du travail, s’est peu à peu imposée », explique Soizic Landrein, adjointe à la Ligue de l’enseignement.

Ces rencontres mensuelles d’auteurs contemporains aborderont le capital suivant les thèmes économique, écologique et humain. C’est à Mathieu Larmnaudie autour de son livre Les Effondrés que reviendra l’honneur d’ouvrir la saison, le jeudi 22 novembre.

Le programme. Jeudi 22 novembre, Michel Husson, « Le Capitalisme en 10 leçons ». Jeudi 24 janvier, Nathalie Fillion, « À l’Ouest ». Jeudi 21 février, Legor Gran, « L’écologie en bas de chez moi ». Jeudi 14 mars, Philippe Vasset, « Journal intime d’une prédatrice ». Jeudi 4 avril, Jean-Marc Sérékian, « Le Coeur d’une ville… Hélas ». Jeudi 18 avril, Aurélien Bernier, « Comment la mondialisation a tué l’écologie ». Jeudi 23 mai, Vincent Petitet, « Les Nettoyeurs ». Jeudi 20 juin, Nathalie Kuperman, « Nous étions des êtres vivants ».

Ouest-France / Bretagne / Saint-Brieuc

L’écrivain Mathieu Larnaudie à la maison Louis-Guilloux – Saint-Brieuc

mardi 27 novembre 2012


Mathieu Larnaudie (au centre) a su captiver son auditoire.

Mathieu Larnaudie (au centre) a su captiver son auditoire.

Dans le cadre de son cycle mensuel Un jeudi, un écrivain, qui permet au public de faire plus ample connaissance avec un auteur, la maison Louis-Guilloux a reçu, jeudi, Mathieu Larnaudie. Animée par le professeur Olivier Bernard, cette rencontre a été l’occasion d’un riche échange.

Le public a unanimement salué la qualité de l’écriture du livre Les Effondrés. Un ouvrage qui ne se veut ni récit catastrophe, ni roman social sur la France d’en bas, « mais l’occasion de saisir quelques personnalités dans l’inexorable débacle de leur édifice idéoligique ».

Ouest-France / Bretagne / Saint-Brieuc

Michel Husson invité à la maison Louis-Guilloux – Saint-Brieuc

mardi 18 décembre 2012


Michel Husson avec Morgane Creisméas, de la Ligue de l'enseignement,  qui a mené les débats.

Michel Husson avec Morgane Creisméas, de la Ligue de l’enseignement, qui a mené les débats.

Dans le cadre de son cycle de rencontres littéraires mensuel proposé par la Ligue de l’enseignement, « Un jeudi un écrivain », a accueilli Michel Husson. Statisticien et économiste, il est aujourd’hui militant alter mondialiste. Après Le Grand Bluff capitaliste (2001), Les casseurs de l’état social (2003) et Un pur capitalisme (2008), il était invité jeudi pour dialoguer autour de son dernier ouvrage Le capitalisme en 10 leçonsun petit cours d’économie hétérodoxe illustré. S’adressant comme il le dit avec humour « aux étudiants grands débutants, mais aussi à mon beau-frère, à votre tante Jeanne et à votre voisin… ». Il a attiré un public très éclectique qu’il a su rapidement passionner.

Ouest-France / Bretagne / Saint-Brieuc

Nathalie Fillion, une auteure pas « à l’Ouest » – Saint-Brieuc

mardi 29 janvier 2013


Nathalie Fillion, invitée de la soirée « Un jeudi, un écrivain », à la maison Louis-Guilloux.

Nathalie Fillion, invitée de la soirée « Un jeudi, un écrivain », à la maison Louis-Guilloux.

Lors de la soirée organisée chaque mois par la Maison Louis-Guilloux, « Un jeudi, un écrivain » a mis à l’honneur Nathalie Fillion. Auteure qui se définit comme une « femme de théâtre », elle s’affirme pleinement dans le théâtre contemporain.

Au centre de la discussion, sa pièce A l’Ouest parue en 2011. Abordant le sujet « miné » de l’argent, qu’elle qualifie de « tabou », l’auteure tente d’analyser le monde actuel et plus particulièrement les premiers temps de crise du XX e . « On sait que le monde a changé et pourtant la vie continue. »

Yeux rieurs et sourire aux lèvres, Nathalie Fillion a confié « être heureuse de participer à cette soirée ».

SAINT-BRIEUC VILLE

Louis-Guilloux. Des cabanes sonores à découvrir

19 juin 2013

La Ligue de l’enseignement a initié depuis deux ans un cycle de réflexion autour du capital. Le premier cycle, clôt par les Littératures de l’engagement, a permis la concrétisation de la collaboration avec les Bistrots de l’histoire, qui proposent, depuis lundi, des créations sonores et des films sur le thème « Capital humain en pays de Saint-Brieuc et Guingamp », sous forme de cabanes sonores.

null
Histoire industrielle 

L’objectif étant de mettre en valeur le travail et les ressources locales, et aussi, à travers le capital humain, de faire un tour d’horizon des hommes qui ont nourri l’histoire industrielle notamment à travers les usines, les conflits, ou l’immigration. Des sons autour de la création d’Art Rock sont également proposés : l’occasion de montrer que le capital humain est aussi l’occasion du rassemblement, de la fédération autour d’idées communes et de la volonté de faire avancer les choses. Des témoignages, des films, des bandes en continu, des documentaires sont donc proposés et constituent des traces de ce qui constitue le capital culturel, humain et social. « C’est un trait d’union avec le prochain cycle », explique Laëtitia Pilard de la Ligue. L’immersion dans une ambiance sonore permet de mettre en relation images d’archives et documentaires. L’occasion de faire un zoom sur des parcours de vie différents mais qui, sur le fond, ont des problématiques identiques. Un projet qui devrait déboucher l’année prochaine sur un projet de cabanes sonores installées dans toute la ville. La saison des rencontres littéraires se clôture avec l’intervention de Nathalie Kuperman demain, à 18 h 30, dans le cadre de « Un jeudi un écrivain ».. Pratique Maison Louis Guilloux – 13, rue Lavoisier. Aujourd’hui de 10 h à 12 h 30 et de 16 h 30 à 18 h 30 Jeudi de 10 h à 12 h 30 et de 17 h à 18 h. Entrée libre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *