Guillaume Guéraud

La dernière rencontre « Un jeudi, un écrivain » du cycle sur les identités aura lieu le jeudi 23 juin à 18h30 à la Maison Louis Guilloux. Nous recevrons Guillaume Guéraud autour de Baignade Surveillée (éditions du Rouergue, 2014), son second roman pour adultes.

Guillaume GuéraudNé en 1972 à Bordeaux, Guillaume Guéraud est un auteur de romans pour adolescents reconnu.
Initié très jeune au cinéma grâce à sa mère qui l’y emmenait régulièrement, il souhaitait devenir critique de cinéma. Il a donc suivi des études de journalisme et a travaillé dans divers quotidiens régionaux avant de décider de se consacrer à l’écriture.
Très inspiré par le cinéma, son type d’écriture est très visuel. De ses premiers romans, inspirés de choses vécues dans son quartier, se dégagent une spontanéité et un franc-parler. Ses personnages sont souvent des adolescents qui découvrent l’injustice et la violence. Ce sont des anti-héros vivant dans un milieu social défavorisé.
Guillaume Guéraud est notamment l’auteur de Je ne mourrai pas gibier et du roman policier Affreux, sales et gentils (prix Fnac des jeunes lecteurs en 2006).
Il réalise aussi de petites leçons d’écriture « impertinentes » réalisés avec son téléphone portable. Il les publie sur le site de partage de vidéo YouTube.

Télécharger la fiche bibliographique de Guillaume Guéraud

Guillaume Guéraud sur Youtube

Quelques extraits :
Tout le monde boit et il y a toujours des coups qui se mettent à pleuvoir. Des coups de poing, quelquefois des coups de fusil, le plus souvent des coups tordus. Je ne mourrai pas gibier, éditions du Rouergue, 2006

– Gérald ! T’as oublié de lui bander les yeux ! Espèce de crétin ! Tu es tellement bète que je me demande parfois si c’est bien moi qui t’ai fait ! Affreux, sales et gentils, Nathan, 2013 

Il a appris à marcher sur le sable et, des années plus tard, notre mère riait en disant que c’était pour ça qu’il filait de travers. Baignade surveillée, éditions du Rouergue, 2014

Plus de morts que de vivants dans la cour. Et presque tous les vivants connaissaient presque tous les morts. Certains connaissaient même désormais plus de morts que de vivants. Plus de morts que de vivants, éditions du Rouergue, 2015