Général Instin

Le 19 novembre, Guénaël Boutouillet animera la rencontre sur les identités numériques, pour laquelle il a invité Cécile Portier et Patrick Chatelier. Cette rencontre portera sur le projet Général Instin, work in progress depuis 1997.

Général InstinGénéral Instin est un projet transdisciplinaire et collectif in progress, initié à partir d’un vitrail tombal du cimetière
Montparnasse représentant le général Hinstin (1831-1905), émouvant portrait photographique effacé par le temps sous des taches dessinant d’autres silhouettes et paysages. Cette figure rebaptisée Instin (on pourrait dire : le H d’historique gommé au profit du I d’imaginaire) devient une entité fantomatique protéiforme dont les éléments se déplacent et s’interpénètrent. Toutes les manifestations particulières du Général (personnage fantomatique de soldat, fractales et avatars, gestes artistiques, éléments de l’histoire du projet…) le modifient pour dessiner une oeuvre en train de se faire mais qui n’aboutit pas : la matérialité échappe toujours au fantôme. Dans la nébuleuse générale, on n’a jamais le dernier mot : le premier mot comme le dernier lui appartiennent, et aucun des participants ne peut se targuer d’être le général. C’est un projet dénué de centre, acéphale, proliférant, en simultanée, qui grandit de tous ses dépôts successifs comme un paysage géologique (même s’il tiendrait plutôt de l’élément gazeux). Il est donc impossible de vraiment répondre à la question : Qui – ou plutôt Qu’est-ce que le Général Instin ?

Le Général Instin sur remue.net