Identités : la bombe à retardement

Identités la bombe à retardementUn cri d’alarme afin d’éviter des dérives pleines de danger. La crise dans laquelle la France et l’Europe sont en train de s’enfoncer n’est pas seulement financière et économique, mais concerne tout un modèle de société. Car les dérives identitaires pourraient se révéler une véritable bombe à retardement. Dans un moment particulièrement délicat de transition entre un ancien en voie de dérèglement et un neuf en pointillés, un péril nous menace. Celui de l’enfermement de chacun dans ses certitudes, désignant l’autre comme un bouc émissaire, coupable de toutes ses souffrances. Un danger qui prend notamment la forme de crispations identitaires et religieuses, voire d’un nationalisme agressif et de racismes. Une telle montée des risques se comprend mieux si on la situe au sein des modalités historiques nouvelles de fabrication de l’identité dans nos sociétés individualistes. Jean-Claude Kaufmann livre une pièce essentielle au dossier, en appuyant une vive interpellation politique sur les résultats d’enquêtes menées sur la vie quotidienne en France depuis une trentaine d’années.
Aux éditions Textuel, mars 2014.

Article de Catherine Portevin, Philosophie Magazine, avril 2014 :
Jean-Claude Kaufmann est un homme en paix avec son époque. Avec sa moustache de sapeur et son sourire au coin de l’œil, on le voit, bonhomme, fouiller les sacs des dames ou leur imaginaire du prince charmant. Il aime savoir qui, dans le couple, s’occupe du linge sale et comment les hommes regardent les fesses des femmes. Cette frivolité apparente fait oublier qu’il est aussi un sociologue innovant, l’un des premiers à avoir théorisé l’identité comme « invention de soi » de l’individu moderne, avec la part d’imaginaire et de croyance qu’elle requiert. Oui, croyance. Et là, Jean-Claude Kaufmann, dans un petit livre dense et pas du tout souriant (Identités. La bombe à retardement, Textuel, 8 €), enfonce le clou : c’est bien à un dangereux dérapage de croyances que l’on assiste lorsque l’obsession identitaire, de toutes parts, sclérose le débat politique et fait progresser ce qu’il appelle le « national-racisme ». En une soixantaine de pages, il parvient à redresser les idées fausses et à retracer l’histoire de l’identité, cette notion si « agaçante » pour un scientifique, apparue au cœur de cette modernité occidentale qu’elle pourrait faire exploser. La réprobation ou les accents de Cassandre ne sont pas le genre du prétendu frivole. Raison de plus pour l’entendre quand il s’alarme.

 

Interview de Jean-Claude Kaufmann à propos d’Identités : la bombe à retardement, Ouest-France le 28 septembre 2014

La « Machine infernale » des dérives identitaires, article paru dans le Ouest-France du 24 mai 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *