Ça nous apprendra à naître dans le Nord

Le 19 mars, au Fût Chantant, Amandine Dhée et Carole Fives nous présenteront Ça nous apprendra à naître dans le Nord. Écrit à quatre mains, ce livre traite la question de l’identité d’un quartier ouvrier : Fives à Lille.

ça nous apprendra à naître dans le Nord

« – J’ai une de ces pressions … Et mes ancêtres besogneux qui n’ont toujours pas quitté mon bureau.
– T’as des ancêtres ouvriers, toi ?
– Quand t’es née dans le Nord, t’as forcément des ouvriers qui se raccrochent désespérément aux branches de ton arbre généalogique, un sandwich à l’omelette à la main.« 

Les tribulations de deux auteures au caractère bien trempé, aux prises avec une commande d’écriture à quatre mains sur un quartier à l’histoire ouvrière en berne.
On s’amuse des rendez-vous ritualisés qu’elles se fixent dans tous les cafés du coin pour y faire le point sur l’avancée de leurs investigations. Un comique de situation largement exploité dans leurs échanges à bâtons rompus autour d’une histoire en train de s’écrire, de personnages en mal de dramaturgie, ou encore de conflits d’égo…
Les difficultés de l’exercice de la commande sont traitées au fil de dialogues doux amers vivifiants qui nous invitent dans l’envers du décor.  Si la fiction s’inscrit ici dans une forme de réalité, c’est bien elle qui l’emporte, au final.
Éditions La Contre Allée, 2011.

Extrait de la critique d’Actualitté (ici en intégralité) :
Ecrire sur le fait d’écrire. Faire le film du film. L’exercice est connu, il a été pratiqué de mille façons.Ici, deux auteurs du quartier (ou presque) se retrouvent à différents endroits du quartier pour écrire sur le quartier et faire parler des habitants du quartier. Pour écrire, aussi, sur leurs difficultés à écrire. Ce petit livre évoque avec beaucoup d’humour le travail qu’est, parfois, l’écriture – ses limites, ses enjeux, les libertés que l’on s’autorise ou non. Un bon point pour les dialogues particulièrement délectables.
Evidemment, en creux se dessine le portrait du quartier – Fives, dans les faubourgs de Lille. Et plus l’on avance dans le récit (qu’est-ce donc, d’ailleurs ? la couverture est un roman, mais on est en présence de bien autre chose, un texte au croisement du témoignage et de l’essai, peut-être), plus le quartier prend de place.
Plus globalement, Ca nous apprendra à naître dans le Nord dresse un tableau d’une région qui peine à se relever de son passé ouvrier, bien loin des clichés en vogue depuis le film Bienvenus chez les Ch’tis. Et la tendresse des deux auteurs – Amandine Dhée et Carole Fives – pour ce Nord comme pour ses habitants est finalement contagieuse, car les nuages n’empêchent ni le rire, ni l’espoir. Un ouvrage inclassable, mais hautement recommandable pour qui s’intéresse à l’écrit, à la mémoire collective, au Nord – ou à tout cela à la fois.

Nées dans le Nord. Et alors ? Article Nord Éclair paru le 30/10/2011

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *