Carole Fives

Le jeudi 19 mars, nous accueillerons Amandine Dhée et Carole Fives, à partir de 18h30 au Fût Chantant. Elle nous parlerons de Ça nous apprendra à naître dans le Nord, oeuvre écrite à 4 mains sur l’histoire de Fives, un quartier de Lille.

carole fives]

Carole Fives est une romancière et plasticienne française, née dans le Nord. Elle vit et travaille à Lille, dont elle porte le nom d’un des quartiers. Après une licence de philosophie à l’Université Toulouse Le Mirail et un Master en Arts Plastiques, elle obtient le diplôme national supérieur d’expression plastique de l’école des Beaux-Arts.  Elle a commencé à écrire pour expliquer son travail de peintre et depuis elle n’a plus arrêté.

En 2010, son premier recueil de nouvelles Quand nous serons heureux est récompensé par le prix Technikart et Jeunes talents FNAC. Son premier roman, Que nos vies aient l’air d’un film parfait, rencontre un large succès critique et publique à la rentrée littéraire 2012. Depuis 2010, elle écrit également des romans pour la jeunesse, principalement pour l’école des loisirs, et elle a publié un album Dans les jupes de maman, illustré par Dorothée de Monfreid, et sélectionné parmi les 5 albums Télérama 2012. En janvier 2015, elle publie C’est dimanche et je n’y suis pour rien chez Gallimard.

Télécharger la bibliographie de Carole Fives

Plus d’informations sur son site internet

Quelques citations :
Nos parents nous échangent sur des aires d’autoroute, à des stations de péage. A mi-distance entre le domicile de l’un et celui de l’autre, à mi-chemin exactement, c’est le juge qui en a décidé, c’est le juge qui a tranché. Personne ne fera un kilomètre de plus que ne prévoit la loi. Que nos vies aient l’air d’un film parfait

Chaque matin, je reste éblouie devant cette merveille qu’est mon corps et pourtant, je ne me reconnais pas. Je ne parviens pas à m’identifier à cette sublime carcasse. Je cherche des yeux la petite fille laide, le corps triste et difforme qui fut le mien et il me semble toujours le voir pointer derrière mes membres parfaits. Quand nous serons heureux

Je trépigne. Mais ça fait déjà quinze ans que je trépigne. Quinze ans à maudire cette enfance qui n’en finit pas, où les autres décident tout et toujours à votre place, sans jamais vous demander votre avis. L’adolescence est ce long tunnel avec au bout une infime lueur, si fragile, la majorité, l’âge adulte où je me promets de vivre, enfin, comme je l’entends.  Modèle vivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *