Rencontre avec Jean-Michel Le Boulanger

Notre cycle « Un jeudi, un écrivain » reprend le jeudi 14 janvier à 18h30. Dans l’amphithéâtre 5 du Campus Mazier, nous accueillerons Jean-Michel Le Boulanger, vice-président de la région Bretagne, chargé de la culture et des pratiques culturelles. Autour de son essai être Breton ?, publié aux éditions Palantines en 2013, nous traiterons les questions de l’identité territoriale et régionale.
Il sera possible de se procurer les ouvrages de Jean-Michel Le Boulanger le soir de la rencontre auprès de la Nouvelle Librairie. Rendez-vous à 18h30 pour cette rencontre gratuite.

jean michel le boulanger

Les Bretons d’aujourd’hui se sentent et se disent Bretons. Avec fierté parfois. Avec plaisir si souvent. Les Gwenn ha Du flottent aux vents, aux quatre coins du monde. Nulle fermeture dans ces sentiments identitaires, nul communautarisme. Non, une passion simple s’exprime, un désir de Bretagne. C’est à la question complexe des sentiments d’appartenance, de leurs origines et de leurs développements, que Jean-Michel Le Boulanger tente d’apporter réponse à partir de l’exemple breton. Dans une première partie, il raconte « l’invention de la France » et comment la France, d’Etat est devenue patrie. Dans une deuxième partie, il développe comment les Bretons ont appris à se dire, puis à s’affirmer Bretons. Et comment leur identité, bafouée, méprisée, a été peu à peu revendiquée avant d’être aujourd’hui tranquillement affichée. Au XXIe siècle, siècle du mouvement et de la rencontre avec les autres cultures, des identités composites se tissent. Les Bretons sont de leur ville ou de leur village, ils sont Bretons, Français, Européens, citoyens du monde. C’est le temps des identités plurielles. Et c’est le sujet de la troisième partie du livre. Cette diversité est une richesse et il est regrettable que la France ait tant de mal à l’admettre. Ces jacobins qui s’accrochent à une idée dépassée de l’Etat-Nation, qui refusent la République des territoires, ne deviennent-ils pas les ploucs de notre temps, en retard sur toutes les évolutions contemporaines ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *